Cinq candidats officiels dans la course au Conseil d'Etat vaudois

Les Vaudois sont appelés aux urnes ce dimanche pour compléter l’équipe gouvernementale. Cinq candidats sont en lice au premier tour pour succéder au socialiste Pierre-Yves Maillard.

Ils sont officiellement cinq à briguer la place que Pierre-Yves Maillard laissera vacante au Conseil d’Etat pour reprendre la tête de l’Union syndicale suisse: Pascal Dessauges (UDC), Jean-Michel Dolivo (Ensemble à Gauche), Axel Marion (PDC), Rebecca Ruiz (PS) et Anaïs Timofte (POP).

En présentant le préfet du Gros-de-Vaud Pascal Dessauges, l’UDC espère récupérer son siège perdu en 2011 et renverser la majorité de gauche. Elle est soutenue dans cette démarche par le PLR.

Grande favorite

Sur sa route, son principal obstacle se nomme Rebecca Ruiz. Soutenue par les Verts, la conseillère nationale socialiste et criminologue de formation défend le bilan de la majorité du gouvernement et veut poursuivre dans cette veine.

Tout à gauche de l’échiquier, le POP et Ensemble à Gauche (EàG) présentent chacun un candidat. Pour le premier, c’est Anaïs Timofte. Cette nouvelle venue en politique, mère célibataire fraîchement diplômée de l’Université, veut mettre l’accent sur les classes populaires et ne ménage pas ses adversaires.

Le député et avocat Jean-Michel Dolivo défend lui les couleurs d’EàG. Politicien expérimenté, il reproche au gouvernement actuel sa “politique de compromissions”.

Formule magique

Au centre, on retrouve le député PDC Axel Marion. L’homme revendique une nouvelle formule magique avec trois élus de gauche, trois de droite et lui-même. Il s’est notamment distingué durant cette campagne en faisant la transparence sur son budget.

On observera encore avec attention le résultat du candidat sauvage Yvan Richardet. Ce dernier s’est manifesté dans la dernière ligne droite et vise un but: déclarer l’urgence climatique dans le canton.

Tensions finales

Calme à ses débuts, cette campagne s’est tendue sur la fin. Une dénonciation pénale a ainsi été déposée en début de semaine par trois citoyens à l’encontre de Rebecca Ruiz et de l’ancienne conseillère d’Etat Anne-Catherine Lyon en lien avec des contrats de travail bricolés au sein de l’Etat entre 2010 et 2014.

La candidate socialiste a par ailleurs publié sur les réseaux sociaux une lettre anonyme lui étant adressée, tout comme la présidente du parti vaudois. S’y mêlent des propos obscènes, racistes et sexistes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.