Asile: les cantons qui renvoient peu seront punis

Suisse

17 mars 2019 10:01;
Act: 17.03.2019 10:13

Les mauvais élèves en matière de renvoi des requérants d’asile risquent de perdre des subventions de la Confédération.

Les cantons qui ne renvoient pas les requérants, selon les accords de Dublin s’exposent à des sanctions de Berne. Et en la matière, les Romands sont les moins appliqués, affirment Le Matin Dimanche dans son édition du jour.

Pour Nadia Boehlen, porte-parole d’Amnesty International Suisse, «il y a historiquement en Romandie un climat différent vis-à-vis de l’asile. On s’interroge sur les conséquences humaines d’un renvoi, et pas juste sur une application stricte d’une loi. Et on paie pour cela».

Lundi, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a fait savoir que Berne avait supprimé pour 6 millions de francs de subventions entre octobre 2016 et fin 2018 dans toute la Suisse pour un total de 304 cas. Deux tiers d’entre eux concernent le canton de Vaud qui s’assied ainsi sur 4 millions d’indemnités.

Selon une enquête de l’hebdomadaire de Tamedia, le reste des affaires s’est produit presque entièrement dans trois autres cantons romands: Neuchâtel, Genève et le Valais. Le premier s’est vu sucrer 805’000 francs; le second 600’000 francs; et le troisième 250’000 francs.

Pour Philippe Leuba, conseiller d’État vaudois en charge du dossier, la lecture est faussée. Il appelle le Secrétariat aux migrations (SEM) à observer les renvois effectifs qui sont effectués et pointe du doigt les autres cantons où des requérants finissent dans la clandestinité.

(nxp)