Japon: l'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn change d'avocat

Le principal avocat de Carlos Ghosn, en détention à Tokyo depuis le 19 novembre pour malversations financières, a annoncé sa démission ce mercredi 13 février 2019. Motonari Otsuru, un ancien procureur, ainsi qu’un confrère du même cabinet d’avocats, se retirent du dossier sans fournir de raison. avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric CharlesCarlos Ghosn  modifie sa strategie de défense. Le changement de deux de ses avocats japonais serait, dit-il, «la première étape d’un processus qui lui permettrait de retablir son innocence».Exit donc son principal avocat, Motonari Otsuru, un ancien procureur réputé qui a dirigé, il y a dix ans, la prestigieuse unité d’enquêtes spéciales du parquet de Tokyo. Carlos Ghosn avait pourtant choisi ce juriste discret, spécialiste de la délinquance en col blanc, pour son intime connaissance des méthodes des redoutables procureurs japonais.L’ex-patron de Nissan le remplace par un avocat plus médiatique, Junichiro Hironaka, défenseur de criminels et d’hommes politiques. Il est parfois comparé au fougueux avocat américain qui avait obtenu l’acquitement d’O.J. Simpson aux Etats-Unis en 1995.La démission de son avocat principal est considérée comme «un mauvais signe» par une avocate à Tokyo. L’ancien procureur n’aurait pas apprécié les attaques de Carlos Ghosn contre le système judiciaire japonais. Il craignait, peut-être, que son client ne lui cache certaines choses, et il n’était pas sûr de pouvoir lui assurer la meilleure défense possible.

Le principal avocat de Carlos Ghosn, en détention à Tokyo depuis le 19 novembre pour malversations financières, a annoncé sa démission ce mercredi 13 février 2019. Motonari Otsuru, un ancien procureur, ainsi qu’un confrère du même cabinet d’avocats, se retirent du dossier sans fournir de raison.

avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Carlos Ghosn  modifie sa strategie de défense. Le changement de deux de ses avocats japonais serait, dit-il, «la première étape d’un processus qui lui permettrait de retablir son innocence».

Exit donc son principal avocat, Motonari Otsuru, un ancien procureur réputé qui a dirigé, il y a dix ans, la prestigieuse unité d’enquêtes spéciales du parquet de Tokyo. Carlos Ghosn avait pourtant choisi ce juriste discret, spécialiste de la délinquance en col blanc, pour son intime connaissance des méthodes des redoutables procureurs japonais.

L’ex-patron de Nissan le remplace par un avocat plus médiatique, Junichiro Hironaka, défenseur de criminels et d’hommes politiques. Il est parfois comparé au fougueux avocat américain qui avait obtenu l’acquitement d’O.J. Simpson aux Etats-Unis en 1995.

La démission de son avocat principal est considérée comme «un mauvais signe» par une avocate à Tokyo. L’ancien procureur n’aurait pas apprécié les attaques de Carlos Ghosn contre le système judiciaire japonais. Il craignait, peut-être, que son client ne lui cache certaines choses, et il n’était pas sûr de pouvoir lui assurer la meilleure défense possible.