Un tournoi, deux styles pour Wozniacki et Federer

MELBOURNE, Australie — Caroline Wozniacki fera son entrée en terrain inconnu aux Internationaux d’Australie, alors qu’elle se présentera en tant que championne en titre pour la première fois dans un tournoi majeur. Pour Roger Federer, ce n’est pas nouveau.

La finale féminine l’an dernier mettait en vedette deux joueuses visant leur premier titre du Grand Chelem, Wozniacki tenant tête à la première raquette mondiale, Simona Halep, pour le titre.

Federer a battu Marin Cilic pour mettre la main sur le titre des Internationaux d’Australie pour la sixième fois – remportant son 20e titre majeur – et a défendu avec succès le titre qu’il avait remporté l’année précédente, alors qu’il effectuait retour au jeu après une longue absence.

À 37 ans, il souhaiterait être le premier joueur à remporter sept titres en Australie et être le premier à remporter au moins sept titres en simple lors de deux tournois du Grand Chelem (il détient huit titres à Wimbledon). De plus, il voudrait être le premier homme à remporter cinq titres majeurs après ses 30 ans.

Bien sûr, il a la forte concurrence de Novak Djokovic, qui a remporté les deux derniers tournois majeurs et qui vise également un septième titre australien. Il y a également le retour de Rafael Nadal, comme celui de Cilic et de Alexander Zverev, qui se mettront en travers du chemin de Federer. Mais il y a peu de chances qu’Andy Murray atteigne la grande finale. Le Britannique souhaite amorcer la saison en terre australienne, mais ne sait pas combien de temps il peut encore jouer à cause de douleurs ressenties à la hanche droite, pour lesquelles il a été opéré. Murray a annoncé qu’il souhaitait se retirer après un dernier tour de piste à Wimbledon, s’il peut se rendre aussi loin.

Questionné dimanche sur ce qui lui permet de conserver un tel niveau de santé, alors qu’il a environ cinq ans de plus que Nadal, Djokovic et Murray, les autres membres du «Big Four», Federer a répondu qu’il comprenait son corps et avait une grande équipe autour de lui.

«De la façon dont je joue, peut-être que c’est plus doux que les autres gars, a déclaré Federer, qui est réputé pour son style économe et son magnifique revers à une main. Je travaille extrêmement dur aussi dans les matchs.

«Je ne sais pas si c’est aussi quelque chose qui fait peut-être partie de l’équation.»

Choqué et surpris

Il a déclaré avoir été surpris et choqué par l’annonce faite par Murray, qui est âgé de 31 ans, quant à sa retraite imminente.

«Cela nous frappe beaucoup, parce que nous connaissons très bien Andy (Murray). Nous l’aimons bien. C’est un type bien, une légende, un membre du Temple de la renommée, a soutenu Federer. C’est une épreuve difficile, mais il pourra regarder en arrière et il pourra être incroyablement fier de tout ce qu’il a accompli.»

Federer, qui vise son 100e titre en carrière, amorcera sa quête face à Denis Istomin, classé 99e mondial, au Rod Laver Arena lundi soir, probablement après le match de Murray contre l’Espagnol Roberto Bautista Agut.

Istomin a remporté une victoire mémorable au deuxième tour contre Djokovic en 2017 lors de son passage, en route vers le quatrième tour. Federer se méfie du vétéran après l’avoir également rencontré au premier tour en Australie, en 2006.

«Je sais ce que Denis (Istomin) a fait à Novak. J’ai regardé le match en entier il y a quelques années, a relaté Federer. J’ai eu des moments difficiles contre lui par le passé. Il peut bien jouer dans les courts rapides.

«Je joue du bon tennis. Je suis persuadé que mon adversaire a besoin d’une bonne performance, probablement pour me battre. C’est toujours une bonne façon de voir les choses.»

Wozniacki disputera le premier match de la session de soirée face à Alison Van Uytvanck après la séance de jour dans le stade principal qui mettra en vedette Maria Sharapova, Nadal et Angelique Kerber.

«Je pense que c’est positif d’être ici en tant que championne en titre. Je le prends comme un défi amusant, a mentionné Wozniacki, troisième tête de série. Je ne peux pas croire que ça fait déjà un an. Ce n’est l’impression que je ressens.»

Wozniacki a révélé lors des Championnats WTA de fin de saison qu’elle avait reçu un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde. Elle a donc passé une grande partie de la saison morte à se reposer et à récupérer pour se préparer pour 2019.

Après sa percée ici l’an dernier, elle n’a pas dépassé le quatrième tour lors des autres tournois majeurs, mais dit avoir l’impression d’être capable de bien frapper la balle.

La gagnante de Roland-Garros, Halep, et la championne des Internationaux des États-Unis, Naomi Osaka, ont remporté leur premier titre majeur l’année dernière. Kerber a pour sa part soulevé le trophée à Wimbledon.

Serena Williams n’a pas pu défendre son titre ici l’an dernier, car elle prenait du temps de repos après avoir donné naissance à son premier enfant. L’Américaine a terminé la saison avec deux finales consécutives à Wimbledon et aux Internationaux des États-Unis.

Elle est maintenant de retour, classée 16e, et elle vise un huitième titre australien.