Pédopornographie: un employé du DFAE est soupçonné d'avoir mis en ligne des images interdites

Un collaborateur du DFAE, en poste en Italie, est soupçonné d’avoir mis en ligne de la pornographie interdite en utilisant le serveur de la Confédération. Le Tribunal pénal fédéral ordonne à la justice bernoise de se saisir de l’affaire.

Dans une décision publiée lundi, le Tribunal pénal fédéral indique que les Etats-Unis ont informé la Suisse à fin avril 2018 de la diffusion de pornographie interdite sur internet. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé à Keystone-ATS avoir été informé de ces soupçons en juin 2018.

Dans un tel cas, l’enquête pénale a impérativement la priorité, d’où le fait que le DFAE ne devait pas réagir de manière proactive, afin de ne pas nuire aux investigations. Si les soupçons se confirment, le département prendra les mesures adéquates, a indiqué un porte-parole.

Les premières recherches ont révélé que des photos et des vidéos mettant en scène des enfants avaient été mises en ligne au moyen du serveur de l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication. Les soupçons se sont portés sur un collaborateur du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

La décision de la Cour des plaintes ne porte pas directement sur le délit de pornographie mais sur la demande du Ministère public de la Confédération (MPC) que la justice bernoise se saisisse du cas. Cette dernière estimait au contraire que l’enquête relevait des autorités italiennes.

Le Tribunal pénal fédéral a suivi la position du MPC. Dans sa détermination, ce dernier demandait que la question de la compétence soit clarifiée. (décision BG.2018.38 du 4 décembre 2018)