La "Montagne d'Or" en Guyane inquiète l'ONU

« Montagne d’or » : le projet minier à ciel ouvert en Guyane inquiète l’ONU. L’organisation souligne le manque de consultation et l’absence de consentement préalable des populations indigènes locales. Ce projet situé non loin de Saint-Laurent-du-Maroni est soutenu par le patronat local ainsi que par une partie des élus. Mais il est vivement combattu par les associations écologiques et les organisations amérindiennes.

RCI.FM | le 13/01/2019 à 08:32

Par Rinsy Xieng

Par Rinsy Xieng

Le projet « Montagne d’or » continue d’être sujet à controverse. Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU vient d’exprimer son inquiétude, estimant qu’il menaçait les droits des populations autochtones. Dans une lettre datée de décembre et rendue publique ce jeudi par l’ONG « Human Rights », le Comité affirme avoir reçu des informations faisant état du manque de consultation et de consentement des populations indigènes locales.

Les amérindiens n’auraient pas été consultés

D’après le Comité, aucune consultation de ces populations n’a ou est entreprise en dépit de l’impact négatif sur le contrôle et l’usage des populations indigènes de leurs terres, notamment concernant les menaces sur l’écosystème, la déforestation et les sites archéologiques. Le Comité estime que ce projet violerait les droits des amérindiens de Guyane française qui sont protégés par la Convention internationale.

L’ONU somme la France

En conséquence, le Comité appelle la France à lui fournir des informations sur les mesures mises en place pour assurer leurs droits par le biais d’une étude d’impact social et environnemental avec leur participation effective. Il demande également à la France de fournir des informations sur ses réflexions concernant la suspension du projet jusqu’à ce qu’un consentement libre, préalable et informé ait pu être obtenu.

Rubrique

Caraïbes