20e journée de Ligue 1 : Marseille et Monaco se neutralisent, Rennes roi de l'ouest

Pas de vainqueur lors du match de la peur. Monaco, avant-dernier, a ramené un match nul de Marseille (1–1), qui n’a plus gagné depuis le 25 novembre toutes compétitions confondues, soit 8 rencontres.

L’ASM qui se présentait avec ses recrues Naldo, Ballo-Touré et surtout le milieu espagnol Cesc Fabregas a rapidement été mené. Sur un coup franc de Payet, excentré côté gauche, Glik a repoussé de la tête dans la surface. Lopez, de 20 mètres, a déclenché une frappe rasante du pied droit (1–0, 13e). Mais les joueurs de Thierry henry sont revenus avant la pause sur une frappe croisée au sol de Tielemans (1–1, 38e). Les Marseillais ont poussé pour arracher la victoire mais ont pêché dans le dernier geste. Thauvin a même marqué mais son but a été annulé à la vidéo pour une semelle d’Ocampos sur le gardien monégasque Benaglio (70e).

Rennes, encore 

Le public nantais devra encore attendre avant de brandir le scalp de son rival rennais à domicile. Accrocheurs mais inefficaces, les Canaris n’ont pas réussi à faire craquer les Bretons, maîtres de la Beaujoire depuis quatorze ans (dernière défaite à Nantes le 15 janvier 2005) en championnat!
Les hommes de Vahid Halilhodzic ont démarré pied au plancher, mais le but “maradonesque” de Diego Carlos (7e), avec l’aide du bras, a été invalidé avec l’assistance vidéo. A peine remis de sa déception, le défenseur brésilien s’est fait battre dans les airs par Damien Da Silva (13e) sur un coup-franc d’Hatem Ben Arfa qu’il avait lui-même provoqué. 

Dans un match très engagé, le Stade Rennais a préservé son court avantage malgré les multiples assauts adverses dans une seconde période à sens unique. Le gardien breton Tomas Koubek a été sauvé par sa barre transversale (59e), son poteau droit sur une tête d’Anthony Limbombé (66e), son bon placement sur une reprise de Majeed Waris (82e)… et par l’arbitre qui n’a pas sifflé penalty sur une main d’un coéquipier collée au corps.
Sous la baguette (magique) de leur nouvel entraîneur Julien Stephan, les Bretons enchaînent une 4e victoire de suite en L1 qui les place au septième rang, à seulement quatre longueurs du podium.

Kombouaré frustré

Nommé jeudi à la tête de Dijon (18e, barragiste), Antoine Kombouaré n’était pas loin de réussir son baptême du feu face à Montpellier, tombé du podium juste avant la trêve hivernale. Mais l’ex-entraîneur de Guingamp, limogé il y a deux mois du club breton, a dû se contenter d’un match nul (1–1). 

Longtemps acculés face au pressing des Héraultais, les Dijonnais ont tenu la baraque grâce à leur habituel gardien N.2 Bobby Allain, préféré à l’Islandais Runar Alex Runarsson. L’ancien portier du Red Star a brillé devant Petar Skuletic (29e, 38e) et s’est envolé sur une lourde frappe d’Andy Delort (35e) notamment. 

Dangereux par Changhoon Kwon (42e, 48e), ils ont fait chavirer Gaston-Gérard sur une belle frappe enroulée de Wesley Saïd (54e), à la conclusion d’une action collective limpide initiée par le Sud-coréen. Mais leur défense les a trahis sur l’égalisation de Damien Le Tallec (61e), seul au second poteau.

Strasbourg inarrêtable

Strasbourg n’en finit plus de gagner! Tombeurs de gros poissons (Nice en championnat, Marseille et Lyon en Coupe de la Ligue) lors de leurs précédentes sorties, les Alsaciens sont allés chercher un quatrième succès consécutif dans la Ville-Rose, avec un froid réalisme. Les voilà sixièmes. 

Malmenés en entame de match, ils ont surpris leurs hôtes par Ludovic Ajorque (17e), titulaire en l’absence du meilleur buteur strasbourgeois Lebo Mothiba, touché à un genou. Après l’égalisation de Yaya Sanogo (29e) sur un penalty accordé avec l’assistance vidéo, l’équipe de Thierry Laurey n’a pas abdiqué. Sa victoire est venue de la tête d’Ibrahima Sissoko (64e) sur corner. Bordeaux qui va ren, dre visite à deux reprises aux Alsaciens en championnat (le 26 janvier)  puis en demi-finales de la Coupe de la Ligue (le 29 janvier) sont prévenus.