Uber entre en Bourse en toute discrétion

Marine Thoron

Publié le

Mis à jour le

Uber entre en Bourse en toute discrétion
Getty Images

Le Wall Street Journal a annoncé que la plateforme de réservation de chauffeurs avait fait une demande pour entrer en bourse vendredi 7 décembre.

Quelques heures seulement après la demande de son grand rival, Lyft, c’est au tour d’Uber d’entamer sa procédure d’entrée en Bourse, révèle le Wall Street Journal dont Ouest-France se fait l’écho. Selon les documents, l’entreprise souhaite une cotation au premier trimestre 2019 soit plus tôt que Lyft et bien plus tôt aussi que ce qu’avait précédemment annoncé son PDG, Dara Khosrowshahi. Ce dernier visait au départ une échéance à la deuxième moitié de l’année 2019.

Vers un record ?

Le temps presse donc pour Uber qui n’avait pas le choix que de lancer une procédure d’entrée en bourse puisque son accord liant l’entreprise à Softbank, son principal investisseur, impose à Uber d’être sur le marché avant la fin de l’année prochaine. Sinon, certains de ses investisseurs pourraient vendre leurs actions sur le marché secondaire. Cette entrée en bourse serait synonyme d’un record dans le secteur technologique. Puisque Goldman Sachs et Morgan Stanley ont proposé une valorisation de 120 milliards de dollars pour la société américaine. Et la société américaine vaudrait ainsi autant que les trois premiers constructeurs automobiles américains combinés : General Motors, Ford et Fiat Chrysler Automobiles.

>> A lire aussi : Voiture autonome: uber très prudent pour son prochain lancement

Contrainte : Uber n’est pas encore rentable. Au troisième trimestre, Uber a accentué ses pertes, soit 1,07 milliard de dollars de pertes, 20 % de plus qu’au deuxième trimestre. Son chiffre d’affaires a, lui, augmenté de 38 % sur un an, à 2,95 milliards de dollars sur la période entre juillet et septembre dernier. Mais Uber reste le premier sur le marché dans son domaine et compte près de 20.000 salariés à travers le monde soit quatre fois plus que son concurrent Lyft.

©
Capital