Russiagate : Trump nie toute implication

Malgré les mensonges mis en évidence, les preuves documentées et les aveux de ses anciens collaborateurs, Donald Trump s’entête. Non, il n’était pas au courant des interférences russes au cours de sa campagne électorale.

Après deux ans et des millions de pages de documents : pas de connivence !“, se défend le président américain dans un tweet, alors que le procureur spécial chargé de l’enquête vient de publier de nouveaux documents qui embarrassent encore un peu plus la présidence.

Robert Mueller révèle notamment que Michael Cohen, l’ancien avocat de Donald Trump, a reconnu avoir eu des discussions au sujet d’un projet immobilier à Moscou, jusqu’à juin 2016. Projet qui était censé avoir été abandonné plusieurs mois plus tôt selon ses premières déclarations.

Il a également admis avoir maintenu des contacts avec des responsables russes, à la demande de son client. Une rencontre entre l’avocat et Vladimir Poutine aurait même été envisagée à l’époque.

L’ancien directeur de campagne Paul Manafort, qui a déjà plaidé coupable comme Michael Cohen, aurait de son côté menti sur ses contacts avec un homme d’affaires russe. Ce dernier étant soupçonné de travailler pour les renseignements de Russie.

Les mémos du procureur indiquent même que l’équipe du candidat républicain aurait été contactée dès septembre 2015 pour mettre en place une “synergie politique” entre la Russie et les Etats-Unis.