Réunion Opep – non-Opep : Accord sur une baisse de 1,2 million de barils/jour


 L’Opep et ses partenaires, dont la Russie, ont décidé, hier, une baisse commune de leur production de 1,2 million de barils par jour (mbj), dans l’espoir de redresser les cours, a annoncé le ministre irakien du Pétrole, Thamer Abbas El-Ghadhban, à l’issue d’une réunion à Vienne.

«Nous allons réduire de 1,2 million de barils par jour au total» la production, a-t-il déclaré à la presse.


Il a précisé que cette réduction serait portée à hauteur de 800.000 barils quotidiens par les quatorze pays de l’Opep et de 400.000 par ses dix partenaires dont la Russie. Cette baisse sera calculée à partir des niveaux de production d’octobre et fera l’objet d’un examen d’étape en avril, a précisé un porte-parole de la réunion, Tafal al-Nasr. Cette réduction, correspondant à un peu plus de 1% de la production mondiale, est destinée à enrayer la chute des cours, qui ont dévissé de 30% en deux mois dans un contexte de surproduction chronique. L’Opep et ses alliés assurent environ la moitié de la production mondiale de brut et sont liés par un partenariat depuis deux ans. Le président américain Donald Trump avait exhorté mercredi l’Opep à maintenir sa production à un niveau élevé afin de ménager les consommateurs. Les cours du pétrole ont bondi de 5% avant la  rencontre élargie à des producteurs non-Opep. Peu avant 14h00 GMT, le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février était en forte hausse de 5,01% à 63,07 dollars par rapport à la clôture de jeudi.  Le WTI américain pour livraison en janvier grimpait pour sa part de 4,84% à 53,98 dollars par rapport à la veille au soir. Les prix de l’or noir se sont envolés au moment où les investisseurs attendaient fébrilement les informations en provenance de Vienne, où les ministres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, dont la Russie, négociaient une réduction de leur production afin de soutenir les cours. Juste avant cette flambée des prix, l’agence Bloomberg a affirmé que l’Opep et ses alliés, dont la Russie, s’étaient entendus pour réduire leur production de 1,2 million de barils par jour (mbj), citant des délégués présents aux diverses réunions de la journée.  D’après l’agence de presse financière, les pays de l’Opep prévoiraient de réduire leurs extractions de 800.000 barils par jour et leurs alliés de 400.000 par jour. Avant l’ouverture de la réunion de l’Opep, le ministre saoudien de l’Energie, Khaled al-Faleh, a déclaré que l’Opep veut s’accorder sur une «baisse suffisante» de sa production de pétrole pour équilibrer le marché, ajoutant que cette baisse, qui pourrait être décidée au cours de la réunion ministérielle de l’Opep, «devrait être distribuée de façon égale entre les pays» en pourcentage de leur production. Réagissant au tweet du président américain Donald Trump qui a encore exhorté, mercredi, l’Opep à ne pas réduire sa production, le ministre saoudien a déclaré que les Etats-Unis «ne sont pas en position» de dicter sa conduite à l’Opep, en ajoutant que «je n’ai besoin de la permission de personne pour diminuer» la production.  M. al-Faleh a considéré qu’une baisse de production d’un million de barils par jour était souhaitable, sans préciser s’il s’agissait d’une baisse par rapport au niveau des objectifs fixés fin 2016 ou par rapport à la production du groupe en octobre et novembre. Quant au ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, il a indiqué que les producteurs réunis à Vienne représentent plus de la moitié de l’offre mondiale, et s’ils continuent d’extraire de l’or noir à des niveaux record, ils risquent de voir les prix continuer de flancher.  Pour sa part, le ministre du Pétrole d’Oman, Mohammed bin Hamad Al Rumhi, a affirmé à la presse que «oui, nous aurons une baisse». Son homologue nigérian, Emmanuel Ibe Kachikwu, s’est également prononcé pour une baisse de la production. Selon certains délégués de l’Opep, le comité consultatif de cette organisation a proposé une réduction d’au moins 1,3 million de barils par jour (mbj).  Mais les prix du pétrole ont encore chuté jeudi: le Brent est passé sous les 60 dollars après les propos du ministre saoudien de l’Energie jugés prudents par les analystes qui considèrent que cette réduction envisagée apparaît plus faible que prévue initialement. Notons que la réunion de l’Opep et de ses partenaires, à leur tête la Russie, intervient dans un contexte de craintes sur un ralentissement de l’économie mondiale et d’une augmentation de l’offre pétrolière des Etats-Unis, de la Russie mais aussi de certains pays du Moyen-Orient dont l’Arabie saoudite et d’autres pays qui ont augmenté leurs pompages afin de compenser l’effet des sanctions américaines à l’encontre de l’Iran.  En novembre, le pompage de l’Arabie saoudite a ainsi atteint un niveau record de11 mbj, tandis que les Emirats arabes unis ont également augmenté leurs niveaux d’extraction pétrolière  Cette surabondance de l’offre a ainsi provoqué une chute inquiétante des cours. Ainsi, après avoir atteint un niveau de 86 dollars au mois d’octobre, les cours avaient vécu en novembre dernier leur pire mois depuis 2008: Le Brent avait abandonné 22,5% à 58,52 dollars, tandis que son homologue américain, le WTI, avait cédé plus de 23% à 50,04 dollars.

 L’accord politique acquis, il reste à décider des quotas de réduction par pays

Samedi dernier, en clôture du sommet du G20, à Buenos Aires, le président russe Vladimir Poutine avait annoncé que la Russie et l’Arabie Saoudite étaient prêtes à «prolonger» leur accord sur une baisse de la production de pétrole. «Nous nous sommes mis d’accord pour prolonger» cette entente, a dit le président russe, à l’issue du sommet du G20 au cours duquel il s’est entretenu avec le prince héritier Mohammed ben Salmane. Cette déclaration a fait dire aux observateurs que la réunion de Vienne aboutira très certainement à une décision de prolongation de l’accord de réduction de la production. Selon ces mêmes observateurs, l’accord politique serait acquis, mais il reste à décider des quotas de réduction par pays. «Il n’y a pas de décision finale sur les volumes, mais avec l’Arabie Saoudite, nous allons le faire. Et quelle que soit la décision, nous avons convenu de surveiller la situation du marché et de réagir rapidement», a déclaré M. Poutine.  Pour des analystes, «c’est peut-être une avancée décisive pour l’Opep et les autres, mais ce qui compte maintenant c’est combien sera coupé, à partir de quand, pour combien de temps».  Selon eux, «la Russie acceptera très probablement maintenant une réduction de plus de 200.000 barils par jour par rapport à une base de référence relativement récente. Cependant, il n’est pas clair de savoir à quelle vitesse les producteurs russes pourraient être disposés à effectuer ces réductions».  Pour ce qui est de l’Arabie Saoudite, même si le pays semble afficher un net positionnement pour la réduction de la production, les analystes craignent de faibles coupes pour ne pas contrarier Donald Trump.  Selon une étude publiée récemment par le groupe financier indépendant franco-allemand (ODDO BHF), si l’Opep décide de réduire sa production d’un million de barils par jour, ce sera un soulagement pour le marché et le pétrole réagira positivement pour retrouver son niveau d’environ 70 dollars le baril.  Mais si l’Opep réduira davantage sa production, de 1,4 million de barils par jour, la reprise du prix du pétrole sera plus soutenue à 70-75 dollars le baril. Par contre, si aucune décision concrète n’est prise pour baisser la production —l’Arabie Saoudite cédant sous la pression américaine—, l’étude anticipe une baisse du prix du pétrole à court terme à environ 50 dollars le baril, voire moins.  Pour rappel, l’Opep et d’autres producteurs non-membres, dont la Russie, étaient liés depuis décembre 2016 par un accord de réduction de la production de l’or noir de 1,8 mbj sur une période de six mois à partir du 1er janvier 2017, dans une première phase. L’Opep avait ainsi accepté, pour la première fois depuis 2008, de réduire sa production quotidienne de pétrole de 1,2 mbj, tandis que 11 pays producteurs non- membres de cette organisation avaient accepté de réduire leur production totale de 600.000 b/j. Les 11 pays producteurs de pétrole non- Opep concernés par cet accord sont l’Azerbaïdjan, Brunei, Bahreïn, la Guinée équatoriale, le Kazakhstan, la Malaisie, le Mexique, Oman, la Russie, le Soudan et Sud-Soudan.  Cet accord Opep/non-Opep a été prolongé jusqu’à fin 2018 lors de la réunion de l’organisation en novembre 2017.