Programme d'investissements prioritaires du G5 Sahel : Partenaires et bailleurs de fonds ont délié le cordon de la …

Objectif atteint pour les chefs d’Etat du G5 Sahel qui se sont réunis jeudi, 6 décembre 2018 à Nouakchott, en République islamique de Mauritanie, à la faveur de la Conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds de l’organisation. Sur un besoin de financement de deux milliards d’euros (dont 13% déjà mobilisé par les pays membres) pour la mise en œuvre du Programme d’investissements prioritaires (PIP), ce sont 2,4 milliards d’euros qui ont été mobilisés (soit 127% de l’objectif de départ) au terme de la table-ronde.

C’est la première rencontre du genre dans l’espace du G5 Sahel, et elle fait suite à celle tenue en février 2018 à Bruxelles, où 414 millions d’euros avaient été enregistrés comme promesses de dons en faveur de la Force conjointe (le G5 Sahel ayant une dimension à la fois militaire et de développement).

Cette conférence de Nouakchott avait pour but de mobiliser des ressources pour la mise en œuvre des 40 projets inscrits dans le Programme d’investissements prioritaires (PIP), 2019-2021. Le portefeuille des projets couvre quatre axes stratégiques, à savoir la gouvernance (81 millions d’euros), la résilience (200 millions d’euros), la sécurité (396 millions d’euros) et les infrastructures (un milliard d’euros).

« Forts de l’histoire commune qu’ils partagent à bien des égards, ainsi que de la similarité des difficultés conjoncturelles et structurelles qui les caractérisent et de la similitude des composantes de leur indice de développement humain, ils ont décidé de prendre résolument leur destin en mains en mutualisant leurs moyens et leurs efforts de sécurité et de développement. C’est cet élan commun pour une vision partagée qu’incarne le G5 Sahel », a rappelé le président en exercice de la conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel, le président Nigérien Issoufou Mahamadou, lors de son discours d’ouverture de la table-ronde.

Pour lui, le G5 Sahel, loin d’être un rêve africain sans lendemain, est une organisation sous-régionale qui appréhende de plus en plus efficacement la situation complexe de l’espace sahélien et conçoit des stratégies décisives pour faire face aux défis multiformes.

Un plaidoyer qui n’a pas été vain, au regard des résultats engrangés : 2,4 milliards d’euros annoncés par les partenaires et bailleurs de fonds (soit 127% de l’objectif initial). Ce qui est, de l’avis du président en exercice de la conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel, Issoufou Mahamadou, la preuve d’un engagement fort de la communauté internationale à soutenir et à accompagner les pays membres de l’organisation.

Mieux, en plus du financement du PIP, des engagements additionnels ont été enregistrés pour la Force conjointe. C’est le cas notamment avec l’Arabie saoudite qui a promis un montant de 50 millions de dollars.

Au cours de cette conférence, à laquelle ont participé les chefs d’Etat des pays membres (à l’exception du président malien), les gouvernements du G5 Sahel et leurs partenaires ont convenu de la mise en place d’un Cadre de suivi des résultats de la conférence.

Ce cadre va définir les orientations et principes qui encadrent la mobilisation et l’absorption des ressources.

« Nous veillerons à ce que la mise en œuvre du PIP soit couronnée de succès. Cela impliquera notamment un recours aux compétences et savoir-faire des acteurs sahéliens », a exprimé le président en exercice de la conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel, le président nigérien Issoufou Mahamadou.

Ci-joint le communiqué final de la conférence

Oumar L. Ouédraogo

Lefaso.net