Les excuses de Radovan Vitek à Crans-Montana

La tension semble retomber à Crans-Montana. La séance d’informations des remontées mécaniques de la station (CMA) a permis à son propriétaire, le milliardaire tchèque Radovan Vitek, de s’excuser.

Organisée jeudi soir en présence de près de 600 personnes, cette séance d’informations s’est déroulée dans “une atmosphère amicale”, a dit vendredi à Keystone-ATS Philippe Magistretti, président de CMA et bras droit de M. Vitek. “Nous avions un peu la peur au ventre avant d’y aller, mais tout s’est très bien déroulé”, a-t-il reconnu.

“M. Vitek a pratiquement monopolisé la scène et la plupart de ses interventions ont été très applaudies”, a raconté M. Magistretti. Le dirigeant tchèque, qui possède 85% du capital-actions de la société des remontées mécaniques, s’est notamment excusé pour la fermeture du domaine skiable durant deux jours en avril dernier, sur fond de litige financier entre CMA et les communes du Haut-Plateau.

Versement effectué

“Nous avons fait des erreurs, et nous l’avons reconnu jeudi soir”, a déclaré M. Magistretti. “Nous pensions que CMA était une entreprise ordinaire, ce qui n’est pas le cas. A l’avenir, nous devrons davantage miser sur la proximité, mieux communiquer avec tous les intervenants. Nous n’allons plus travailler en vase clos”, a-t-il ajouté.

M. Magistretti a aussi confirmé le versement effectué par Radovan Vitek de 39,8 millions de francs pour racheter CMA Immobilier, société qui gère les parkings et les restaurants de la station. La vente de cette société en 2016 à CMA, à un prix jugé excessif, avait plongé les remontées mécaniques dans des difficultés financières et provoqué d’importantes tensions avec les communes du Haut-Plateau.

Parmi les présidents des trois communes – Crans-Montana, Lens et Icogne – présents jeudi soir à la séance d’informations, David Bagnoud, en charge de Lens, a reconnu que “les relations étaient désormais apaisées et allaient du bon côté”, a-t-il dit à Keystone-ATS.

Enquête en cours

“Monsieur Vitek a compris que les communes du Haut-Plateau étaient des partenaires importants. Nous allons mieux dialoguer à l’avenir”, a ajouté M. Bagnoud. “Il y aura encore des écueils mais il faut aller de l’avant. La vie d’une société de remontées mécaniques ne sera jamais un long fleuve tranquille”, a-t-il affirmé.

Même si le Haut-Plateau semble retrouver une certaine sérénité, les affaires du passé ne sont pas encore totalement enterrées. Pour mémoire, le ministère public valaisan a ouvert mi-novembre une instruction préliminaire sur la transaction de 2016 sur CMA Immobilier. Des infractions pénales sont suspectées.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form – French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.