La nuit des Frenchies : Noah et Parker comme au bon vieux temps

Pour un peu, on se croirait revenus quatre ans en arrière lorsque les deux joueurs étaient alignés face à face lors du All Star Game 2014 disputé à La Nouvelle-Orléans. Vendredi soir, Joakim Noah, avec Memphis, et Tony Parker, à Charlotte, ont accompli des performances de premier ordre. Sauf que désormais, c’est en sortie de banc qu’ils les réalisent et pour des équipes bien différentes de l’époque.

Pour son deuxième match avec le maillot frappé du numéro 55 des Memphis Grizzlies, Joakim Noah est apparu toujours autant à son aise. Ses 17 minutes de jeu sont sans doute inespérée même pour lui. Mais son rendement a été à la hauteur avec 13 points (5 sur 8 au tir), 5 rebonds, 3 passes décisives et 1 interception. «C’est vraiment spécial, je ne vais pas mentir, a-t-il avoué après la victoire face à New Orleans. Ça faisait tellement longtemps que je voulais être dans un vestiaire, me sentir dans un environnement compétitif. Je ne pouvais rêver meilleur contexte que celui ici avec des joueurs qui veulent gagner, qui sont solidaires en s’appuyant sur une culture solide.» Le pivot le rend bien à ses coéquipiers comme en témoigne cette remontée de balle suivie d’une passe décisive au Smoothie King Center.

12
Joakim Noah avait inscrit douze points sur l’ensemble de la saison passée (7 matches joués). Il a dépassé ce total sur un seul match, vendredi avec Memphis face à New Orleans.

Tony Parker continue d’éblouir avec les Charlotte Hornets. Le meneur français a été un des éléments décisif du succès face aux Denver Nuggets. Il s’est même permis de placer son magnifique «spin move» avec une vitesse d’exécution toujours aussi redoutable qui a mis Jamal Murray et Trey Lyles dans le vent. «Je l’ai vu faire ce «move» tellement de fois, a souri Nicolas Batum. Ça m’a fait rire et je lui ai dit que j’avais vraiment attendu de le voir réaliser ce geste.» L’entraîneur James Borrego étaient élogieux envers un « Parker des grands jours ». En 22 minutes, il a cumulé 19 points, 4 rebonds, 3 passes décisives, 2 interceptions et s’est même permis un contre. Tout cela avec juste une perte de balle comme statistique négative et une emprise psychologique sur le groupe des Hornets toujours aussi forte. Au tiers de la saison, sa signature en Caroline du Nord est une grande réussite.


Nicolas Batum n’a pas réussi le moindre tir (0 sur 4) même s’il a terminé avec quatre points. Sa ligne de statistique rend toujours aussi difficile l’évaluation de son impact réel avec sept rebonds, une passe décisive et un contre mais un beau +19 en faveur de son équipe sur les 26 minutes qu’il a jouées.

Redevenu remplaçant, Elie Okobo a tout de même bénéficié de 22 minutes de temps de jeu lors de la défaite à domicile de Phoenix face à Miami (115-98). S’il peut se reprocher trois pertes de balle et n’a inscrit que quatre points, l’ancien Palois a bien noirci sa feuille de statistiques avec cinq rebonds, cinq passes décisives et deux interceptions.

Evan Fournier a rechuté en terme d’adresses avec seulement un tir réussi sur cinq derrière l’arc de cercle. L’arrière d’Orlando a tout de même marqué neuf points et délivré trois passes décisives. Pour le deuxième match consécutif, Timothé Luwawu-Cabarrot était « inactif » et donc même pas en tenue pour le match d’Oklahoma City à Chicago.

M. Ma.