"Gilets jaunes": Des centaines d'interpellations à Paris, pas d'indident majeur

Voir les photos

Les forces de l’ordre ont procédé samedi à des centaines d’interpellations à Paris dès le début de la quatrième journée de mobilisation des “Gilets jaunes” pour éviter la réédition des violences du 1er décembre de la part de manifestants, d’éléments d’ultra droite et d’ultra gauche. /Photo prise le 8 décembre 2018/REUTERS/Stéphane Mahé

PARIS (Reuters) – Les forces de l’ordre ont procédé samedi à des centaines d’interpellations à Paris dès le début de la quatrième journée de mobilisation des “Gilets jaunes” pour éviter la réédition des violences du 1er décembre de la part de manifestants, d’éléments d’ultra droite et d’ultra gauche.

Voici les principaux événements de la journée :

13h30 – Les forces de l’ordre en grand nombre repoussent progressivement des manifestants, qui étaient présents sur les Grands boulevards à hauteur des Galeries Lafayette et du Printemps, vers la place de la République. Des gaz lacrymogènes et des canons à eau sont utilisés.

13h25 – Quelque 31.000 personnes, dont 8.000 à Paris, participent au quatrième samedi de mobilisation des “Gilets jaunes” contre 36.000 la semaine dernière à la mi-journée, a déclaré le secrétaire d’Etat Laurent Nunez, invité du journal de 13h00 de France 2.

On assiste à une “baisse de participation à la mi-journée”, a ajouté l’ancien patron du renseignement intérieur, qui a également fait état de plus de 700 interpellations dans le pays, dont 575 dans la capitale.

“Que les casseurs ne se fassent pas d’illusions : nous sommes prêts, déterminés, les policiers sont très motivés, il y aura de nombreuses interpellations”, a encore dit le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

13h05 – Dix-sept personnes ont été interpellées à Toulouse, et une autre ailleurs en Haute-Garonne, avec des bombes artisanales, des armes blanches, des marteaux et des gourdins, selon la préfecture de la région Occitanie.

La mobilisation a réuni 760 personnes dans le département de Haute-Garonne, dont 150 à Toulouse, là encore selon la préfecture.

A Paris, le nombre d’interpellations est passé à 575 et celui des gardes à vue à 361.

12h45 – A Paris, le nombre de gardes à vue a grimpé à 335 sur 554 interpellations au total, selon la préfecture de police.

11h50 – La préfecture de police de Paris fait état de 514 interpellations dont 272 gardes à vue dans la capitale.

11h35 – Jean-Luc Mélenchon a raillé sur Twitter un “échec total de la campagne de démotivation et d’intimidation” que le gouvernement a, selon lui, mené cette semaine, avant le quatrième samedi de manifestations des “Gilets jaunes”.

“La mobilisation populaire est déjà très forte partout en France”, a ajouté le chef de file de La France insoumise, qui soutient le mouvement depuis le début.

En début de matinée, 5.000 personnes étaient mobilisées en France, hors Paris, selon un décompte de source policière. Environ 1.500 personnes se sont en outre donné rendez-vous sur l’avenue des Champs-Elysées, selon la préfecture, de même que des groupes de dizaines, par endroit de centaines de personnes ailleurs dans la capitale.

A Paris, le nombre d’interpellations est monté à 492, un chiffre supérieur au samedi 1er décembre – 412 personnes avaient alors été interpellées durant toute la journée.

11h15 – Le chef du gouvernement, Edouard Philippe, a remercié les responsables politiques, syndicaux et associatifs qui ont appelé au calme avant ce quatrième samedi de mobilisation des “Gilets jaunes”.

Place Beauvau, où il s’est rendu dans la matinée, le Premier ministre a en outre fait état de 481 interpellations et 211 gardes à vue, ainsi que d’un dispositif de sécurité “exceptionnel par l’ampleur des moyens mobilisés, exceptionnel aussi par les choix d’organisation que nous avons faits”.

“Je voudrais une fois de plus remercier tous ceux, responsables politiques, responsables syndicaux, responsables associatifs, citoyens, qui ont appelé au calme pour faire en sorte que les Français qui veulent exprimer des revendications ne soient pas mélangés avec ceux qui veulent casser et en découdre avec les forces de l’ordre”, a-t-il dit.

“Nous veillerons à ce que cette journée de samedi puisse se dérouler, (…) puisse se poursuivre dans les meilleures conditions”, a-t-il ajouté.

10h55 – Plusieurs dizaines de manifestants ont tenté de bloquer le périphérique, dans le nord-ouest de Paris, avant d’être repoussés par les forces de l’ordre.

L’idée de mener des opérations sur cet axe majeur du réseau francilien été lancée vendredi par l’un des “Gilets jaunes” les plus influents sur les réseaux sociaux, Eric Drouet, qui avait dans un premier temps appelé à entrer à l’Elysée.

10h40 – La police a commencé à faire usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants massés dans la rue Arsène Houssaye, perpendiculaire aux Champs-Elysées.

La préfecture de police a dénombré environ 1.500 personnes sur la plus célèbre avenue parisienne.

Au total à Paris, les forces de l’ordre ont interpellé 354 personnes, dont 127 ont été placées en garde à vue, selon la préfecture.

Des manifestants se sont donné rendez-vous ailleurs dans Paris, par groupes de quelques dizaines ou quelques centaines, comme à la porte Maillot, dans l’ouest de Paris, et aux abords de la gare Saint-Lazare.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, s’est rendu à la cellule de crise de la place Beauvau, où il a retrouvé le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, le secrétaire d’Etat Laurent Nunez et les autorités préfectorales.

09h45 – La préfecture de police de Paris a fait état de 320 interpellations, un chiffre très supérieur au samedi 1er décembre à la même heure.

Quelques centaines de personnes ont défilé dans le calme sur une partie des Champs-Elysées avant de s’arrêter au niveau d’un cordon de forces de l’ordre. Lors de la dernière journée de mobilisation, des barrages filtrants avaient été installés tout autour de la plus célèbre avenue parisienne, qui avait de ce fait été largement désertée par les manifestants.

La situation est calme mais deux groupes d’ultra droite font l’objet d’une surveillance particulière, dit-on de source policière.

09h10 – Plusieurs dizaines de personnes revêtues d’un gilet jaune se trouvaient sur la place de l’Etoile, théâtre des premiers heurts avec les forces de l’ordre à Paris lors de la précédente journée de mobilisation, le 1er décembre.

Les manifestants étaient tenus à distance du centre de la place, où s’élève l’Arc de Triomphe, par des fourgons de gendarmerie.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a de nouveau appelé les “Gilets jaunes” à ne pas se mêler aux “casseurs”.

“On sait que les casseurs ne sont forts que parce qu’ils se déguisent en ‘Gilets jaunes’ et qu’ils s’immiscent, ils se mettent au milieu des ‘Gilets jaunes'”, a-t-il déclaré au média en ligne Brut en marge d’un passage en revue du dispositif de sécurité dans les rues de Paris.

08h45 – Le nombre d’interpellations est monté à 278 à Paris, selon la préfecture de police.

08h40 – Selon la préfecture de police, 177 personnes ont été interpellées à Paris en tout début de matinée

A 7h30, 121 personnes avaient déjà été interpellées dans le cadre de contrôles sur réquisitions, alors que les premiers manifestants commençaient à arriver pour ce quatrième samedi de manifestations.

Sur ce nombre, 32 ont été placées en garde à vue, essentiellement pour participation à un groupement en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction et de dégradation de biens. Soixante-cinq ont été interpellées pour vérification d’identité, précise la préfecture.

(Emmanuel Jarry et Simon Carraud, avec les équipes de Reuters TV et les correspondants de Reuters en régions, édité par Yves Clarisse)