France: des «gilets jaunes» finalement reçus à Matignon

La troisième invitation fut la bonne. Après deux rendez-vous manqués avec les « gilets jaunes », le Premier ministre est enfin parvenu à les recevoir à Matignon. Edouard Philippe a pu discuter près d’une heure et demie avec une délégation. L’image est importante. Elle permet au gouvernement de débuter un dialogue après lequel il court depuis trois semaines.

L’abandon de la hausse de la taxe sur les carburants a permis de faire baisser la pression. Le gouvernement est devenu un interlocuteur valable pour les manifestants. De bon augure pour la concertation que l’exécutif veut lancer le 15 décembre.

Pendant qu’Edouard Philippe tend la main aux « gilets jaunes » et prépare les futures consultations, Emmanuel Macron, lui, reste en retrait. Le président a joué vendredi soir sur un autre registre, celui de la sécurité. Sans caméras ni micros, il a rencontré des gendarmes mobiles au fort de de Nogent-sur-Marne près de Paris. Le chef de l’Etat qui ne prendra pas la parole avant lundi.

«Gilets jaunes», acte IV: Paris se barricade