Dopés à l'oxygène, les Allemands plaident l'erreur

VAL-D’ISÈRE — La Fédération internationale de ski (FIS) enquête sur l’équipe d’Allemagne, dont plusieurs coureurs auraient inhalé de l’oxygène à partir d’une bombonne entre deux manches du géant de Beaver Creek, la semaine dernière au Colorado, une pratique interdite. Parmi ces coureurs, le vainqueur de la course Stefan Luitz, dont une photo le montrant avec un masque à oxygène a déclenché l’enquête de la FIS.

Luitz et les autres skieurs allemands ne sont pas suspendus provisoirement et sont autorisés à concourir samedi lors du géant, a indiqué le directeur des courses de Coupe du monde hommes à la FIS Markus Waldner durant la «réunion des capitaines» qui a lieu chaque veille de course. «Aucune équipe n’a porté réclamation à la suite du géant de Beaver Creek», a-t-il expliqué. «L’enquête est toujours en cours.»

En juin 2016, la FIS avait décidé d’interdire l’utilisation de bombonnes à oxygène en compétition, un point spécifié dans son règlement antidopage. L’Agence mondiale antidopage (AMA) n’interdit pas cette pratique dans son règlement 2018.

«Nous avons pris, entraîneurs et médecins, une décision extrêmement stupide, nous nous sommes référés au règlement de l’AMA au lieu du règlement de la FIS», a déclaré à la presse le responsable des skieurs allemands Mathias Berthold. «Nous avons consulté nos médecins qui nous ont assuré que ça n’allait à l’encontre d’aucun règlement et donc nous avons décidé d’utiliser de l’oxygène, parce que nous avons eu beaucoup de soucis de blessures à cette altitude», a-t-il poursuivi.

«C’était bizarre»

«On a vu la bouteille après la course, on se disait que c’était bizarre», s’est souvenu le Français Romain Velez, entraîneur des skieurs slovaques et ex-coach de Tessa Worley. «Les grosses équipes nationales sont forcément au courant du règlement. Ils ont des docteurs, à un moment donné, ce n’est pas concevable.»,

Les Allemands et Luitz, qui a remporté à Beaver Creek son premier géant de retour après une longue blessure, risquent notamment la disqualification. La victoire pourrait ainsi revenir à l’Autrichien Marcel Hirscher, qui avait vu sa séquence de cinq triomphes dans cette discipline être interrompue par l’Allemand de 26 ans.

Cet incident pourrait venir étoffer davantage la réputation de skieur malchanceux de Luitz. Lors des Jeux olympiques de Sotchi en 2014, il avait signé le deuxième meilleur temps de la première manche en slalom géant. Il a ensuite accroché avec un de ses skis la dernière porte du parcours et chuté, avant de glisser jusqu’au fil d’arrivée. En conséquence, il a été disqualifié pour avoir raté la dernière porte. AFP et AP