Opération de l'armée syrienne derrière les lignes rebelles entre Hama et Idleb

L’armée syrienne a tué vendredi 22 rebelles près de la province d’Idleb, dans une zone appelée à être « démilitarisée » dans le cadre d’un accord russo-turc, selon des sources proches de Damas et l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Il s’agit de la plus grave violation de la trêve, conclue sous l’égide de la Russie et de la Turquie, le 17 septembre à Idleb, et de l’assaut le plus meurtrier lancé par l’armée syrienne contre des rebelles en six mois.

L’attaque a été menée par une unité d’élite de la 4e division de la Garde républicaine, qui s’est infiltrée derrière les lignes rebelles. La position visée se situe entre les provinces de Hama et d’Idleb, dans une région censée faire partie de la « zone démilitarisée » instaurée dans le cadre de l’accord russo-turc. La cible était une unité de Jaych al-Izza, une composante de l’Armée syrienne libre.

L’accrochage, bref, mais violent, a fait 22 morts dans les rangs des rebelles et quatre tués parmi les militaires syriens. Les affrontements se multiplient ces derniers jours sur plusieurs points du front entre Hama et Idleb. L’armée syrienne et les rebelles se rejettent la responsabilité de ces violations qui menacent la trêve et fragilisent la zone tampon.

Damas affirme que les jihadistes n’ont pas évacué la région démilitarisée et accuse la Turquie de ne pas avoir respecté ses engagements. Ankara assure de son côté avoir rempli toutes ses obligations.


MediaCongo Paul Khalifeh
Paul Khalifeh
RFI / MCP, via mediacongo.net