La mort d'une activiste ébranle Kiev

La mort d'une activiste ébranle Kiev
Kateryna Handziouk, sur une photo non datée. Crédit : hromadske.ua

Kateryna Handziouk, brûlée à l’acide en juillet, est décédée dimanche. Les commanditaires pourraient venir des cercles du pouvoir.

À la veille du cinquième anniversaire de la révolution de Maïdan, la mort horrible de Kateryna Handziouk, activiste civique et lanceuse d’alertes décédée dimanche, révèle une augmentation inquiétante de la violence politique en Ukraine, à cinq mois d’une élection présidentielle explosive. Problème, les commanditaires pourraient être proches du parti de Petro Porochenko, alors que le pouvoir réagit à l’assassinat par un autisme coupable.

Kateryna Handziouk, 33 ans, était une militante de la «génération Maïdan». Elle avait participé au mouvement à Kiev, le relayant à Kherson (Sud), d’où elle était originaire, une grande ville de 300.000 habitants proche d’Odessa, à la sociologie plutôt prorusse en 2014. Handziouk, ancienne collaboratrice des Nations unies, était devenue directrice de cabinet proréformes du nouveau maire de la ville, en pleine mutation, où elle dénonçait la corruption endémique.

«Je sais que j’ai une sale mine […] Mais je suis sûre que j’ai bien meilleure mine que la justice et l’équité en Ukraine»

Le 31 juillet, des inconnus ont surgi devant la jeune femme, lui jetant au …

Cet article est réservé aux abonnés. 71% reste à lire.

Je me connecte

Le Figaro Premium

Abonnez-vous pour 1€ seulement

Annulable à tout moment